dimanche 30 novembre 2014

Une faim de loup - Bronco


En arrivant rue des Petites écuries, dans le 10e arrondissement, nous ne savions pas trop à quoi nous attendre: nous nous dirigions tout droit vers une adresse se voulant tout à la fois rôtisserie ET branchée. Deux concepts a priori antinomiques. Et pourtant...

Par un vendredi soir d'automne, nous nous sommes donc présentés assez tôt et sans réservation chez Bronco: le restaurant est quasiment vide, si ce n'est une grande tablée et un couple. La décoration est soignée et me tape immédiatement dans l'oeil: boiseries, plafond brut et lumière tamisée (pour ne pas dire que la pièce est purement et simplement plongée dans la pénombre). Premier bon point. La particularité du lieu? Les viandes sont cuites dans un four à charbon de bois.

En attendant notre amie J, nous commençons à explorer la carte, très courte: 4 entrées, 6 plats (dont un poisson), 4 desserts, plus quelques propositions apéritives, vers lesquelles nous nous orientons pour commencer.

A son arrivée, nous commandons des cocktails (pas renversant en ce qui me concerne) et pour picorer, des olives noires de Kalamata et de la cecina de leon (du boeuf séché et fumé comme un jambon, précise la carte), tous deux délicieux. Pendant que nous papotons, la salle se remplit peu à peu et se révèle très bruyante...

mercredi 26 novembre 2014

Compte pomme-vanille, toute simple et toute douce

Il y a quelques années, quand il a été question de faire ma liste de Noël, le cadeau qui me faisait très envie était un Römertopf, un plat en argile d'origine allemande. Mon cher M. a couru les magasins pour le trouver et le 24 au soir (nous sommes de cette école), je l'ai découvert, grand et beau, au pied du sapin.

J'étais convaincue qu'il allait révolutionner ma cuisine: cuisson naturelle, pas d'ajout de matière grasse, pas de risque de brûler garantie d'obtenir une volaille dorée et moelleuse comme jamais... Bref: les ingrédients étaient réunis et la machine à rêves s'est mise en marche. Le concept: faire tremper le plat en argile dans l'eau avant de le mettre au four. Ainsi, pendant toute la durée de la cuisson, il diffuse de l'eau et préserve les mets...

Sauf que... Première tentative: déjeuner familial, cuisson d'un poulet. Devant un public hilare, est sorti du plat une volaille insipide, pas dorée pour un sou, comme bouillie. Bref, un gros raté qui m'a vaccinée contre mon fabuleux Römertopf.

Depuis, je n'ai jamais osé l'utiliser pour autre chose que de la compote. Mais quelle compote! Et la qualité de la vanille ne gâche rien...

Bon, concernant mon but initial, à savoir préparer la traditionnelle dinde de Noël dans mon plat Römertopf, je ne suis pas prête à passer le cap... Mais je l'apprivoise peu à peu...

lundi 24 novembre 2014

S'encanailler à La pointe du groin

Tous les midis, c'est la même rengaine: la fine équipe du bureau se demande en chœur où elle va bien pouvoir déjeuner. Alors de temps à autre, avec un collègue bien choisi, on va tester une nouvelle adresse dans le quartier élargi de notre bureau.


Cette fois-ci, j'étais accompagnée de ma comparse S., jamais avare en bonnes adresses, et nous avons poussé jusqu'à Gare du Nord pour nous encanailler à La Pointe du grouin.

Troisième adresse du chef Thierry Breton, cette gargotte propose de quoi manger sur le pouce, sur place ou à emporter. Au programme, des ptites entrées tradi (oeufs mayonnaise, salades, harengs, ...) des sandwiches bien troussés et des desserts basiques mais bien exécutés. Pour vous donner un ordre d'idée, nous avons fait un repas complet pour 10€ chacune.

1ère étape: convertir sa menue monnaie en "grouins" la monnaie qui a cours dans la taverne (taux de change 1€ = 1 grouin). Puis passer commande au comptoir, payer et récupérer son numéro de commande. Aller s'installer et attendre qu'on vous appelle (au bout de 5 min). Déguster.

Ce jour-là, nous avons choisi les oeufs mayonnaise, un sandwich ficelle saucisson, un sandwich au saumon dans un petit pain rond, un far breton et un moelleux au chocolat, avec une bolée de cidre pour arroser le tout.

Pas très cher compte tenu de la qualité des produits et de la taille des portions.

La Pointe du grouin
8, rue de Belzunce - 75010 Paris



dimanche 23 novembre 2014

L'automne est là : risotto à la courge butternut

Quand, vendredi dernier, les paniers du Val de Loire nous ont livré une courge délicata, j'ai su que la courge butternut qui trônait dans la cuisine depuis 2 semaines devait nous quitter. Comme par hasard, j'avais justement découpé une recette de risotto à la butternut caramélisée au sirop d'érable dans Elle courant octobre... Le tout agrémenté de parmesan...

Je dois dire que le résultat est un peu moins graphique que sur la photo de la recette (pour rester polie) mais le goût est plutôt convaincant. On pourrait me rétorquer que tout ce qui contient du parmesan est forcément bon, mais est-ce de ma faute, je vous le demande?

Je dois dire que si c'était à refaire, j'ajouterais des lardons fumés pour relever un peu le goût, ou peut être du chorizo.